Le Bouddha a enseigné « la renaissance ». La compréhension de la renaissance s’inscrit dans une compréhension plus large de la vie. En Occident, dans la compréhension théiste de l’Occident, la vie s’inscrit dans un schéma linéaire : on naît, on meurt, et l’âme va au paradis ou en enfer. C’est une version linéaire : début, fin ; alpha, oméga.

Dans la perspective orientale en général et celle du Bouddha en particulier, la perspective de la vie est circulaire ou cyclique, ce qui est aussi une perspective naturelle. Dans la nature, il y a apparition, disparition, réapparition, re-disparition. Il y a printemps, été, automne, hiver, printemps, été, etc. Il y a naissance, croissance, décroissance, mort, renaissance, re-croissance, et re-mort, c’est une perspective cyclique. Donc, la vie ne va pas de la naissance à la mort ; la vie est un cycle de naissances et de morts. C’est un premier point très important, et le comprendre change déjà beaucoup de choses.

Questions posées :

  • Quelle est la relation entre la pleine présence et la non violence ?
  • Si dans l’instant présent nous sommes en partie libre et en partie conditionné, comment composer avec cette imbrication ?

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *